Portrait / Basket-ball : Kobe Bryant, le géant qui tutoyait les cieux périt dans un accident d’hélicoptère

Bilgin Şaşmaz – Anadolu Ajansı

[AA] Quintuple champion de la NBA, double champion olympique, troisième meilleur marqueur de l’histoire de la NBA avec plus de 33 mille points, Bryant a péri, dimanche, dans le crash d’un hélicoptère en Californie.

Kobe Bryant, un des géants du basket-ball mondial est décédé, soudainement, dimanche, à l’âge de 41 ans, dans le crash, en Californie, d’un hélicoptère à bord duquel se trouvaient neuf personnes dont la fille du joueur, Gianna, âgée de 13 ans.

Un géant, une légende, exceptionnel, un monstre sacré, etc. Les épithètes et autres superlatifs ne suffiraient peut être pas pour rendre hommage à un des plus grands joueurs de basket-ball de tous les temps, et qui a une place de choix dans le panthéon de cette discipline avec Michael Jordan, Magic Johnson et Witt Chamberlian, pour ne citer que ceux-là.

Pour les amateurs de la balle orange en particulier et du sport en général, « Black Mamba » (un des surnoms préférés de Bryant), fût un joueur d’exception au palmarès si riche qu’il frisait l’insolence.

En effet, Kobe Bryant, né en août 1978 à Philadelphie en Pennsylvanie, a remporté un triplé consécutif historique (2000-2001-2002) en NBA avec les « Lakers de Los Angeles », dominant ainsi le meilleur championnat du monde de la discipline, grâce à un talent fou et à une envie de gagner dévorante, mais aussi à la faveur de sa complicité avec un autre géant du basket-ball, Shaquille O’Neal.

Bryant, qui a passé une partie de son enfance en Italie et en France, où son père jouait également au basket-ball au sein d’équipes professionnelles de ces deux pays d’Europe, est retourné au début de l’adolescence aux Etats-Unis où il a été rapidement repéré et longuement suivi par les «Lakers», alors qu’il était encore au lycée.

Au-delà du caractère explosif et spectaculaire dont était empreint le jeu de Kobe Bryant, ce joueur fût exceptionnel à plus d’un titre.

Exceptionnel, étant parmi les 7 joueurs ayant franchi la barre mythique des 30 mille points marqués en NBA. Avec 33643, le quintuple champion de la NBA est le troisième meilleur marqueur de la plus prestigieuse des compétitions de la balle orange dans le monde.

Exceptionnel, par ailleurs, ayant réussi à marquer 81 points en un seul match – un match référence- qui avait opposé en 2006 les Lakers aux «Raptors de Toronto», dans ce qui constituait un des grands moments du basket-ball. De plus, il s’agit de la deuxième meilleure performance de tous les temps de l’histoire de la NBA.

Exceptionnel, aussi, pour avoir, dans le champ extra-sportif, remporté un Oscar en 2018 dans la catégorie d’un court métrage animé pour Dear basket-ball. Le court métrage, qui est basé sur un poème écrit par le joueur en 2015, une année avant son départ à la retraite sportive, retrace son parcours, depuis son enfance jusqu’à la fin de sa carrière dans la NBA.

Exceptionnel encore, dès lors que c’est le seul joueur a deux numéros et non pas un seul gravé au plafond d’une même franchise de la NBA. En effet, celui qui portait les maillots estampillés des numéros 8, puis 24, a vu, de son vivant, ses maillots retirés par les Lakers en 2017.

Exceptionnel toujours pour avoir joué 1346 matchs en NBA tout en étant désigné « Joueur de la décennie 2000 », un titre honorifique mais ô combien significatif.

Exceptionnel enfin du moment que le double champion olympique aux Olympiades de Pékin et de Londres (2008 et 2012), avec la sélection américaine, a terminé sa carrière en beauté, en dépit de quelques difficultés durant l’ultime saison.

« L’ailier volant » a, en effet, marqué lors de son dernier match…60 points. Une performance réalisée à l’époque par un joueur âgé de 36 ans, dans une compétition, réputée certes par les prouesses techniques inégalables, mais connue aussi par l’engagement physique débordant de tous les athlètes qui y évoluent, ce qui se passe de tout commentaire.

Notons que Bryant était un passionné, à côté du basket-ball, sa discipline de prédilection, de football, un héritage de ses années italiennes et d’une passion pour le grand Milan AC de la fin des années 1980 avec son trio batave magique (Gullit, Rijkaard, Van Basten).

Il fut également un admirateur de la « Pulga » argentine, Lionel Messi, avec qui il a même réalisé un spot publicitaire pour la compagnie aérienne «Turkish Airlines».

Bryant avait certes un don naturel ou du talent qui coulait de source pour jouer au basket-ball, mais sa réussite fabuleuse n’aurait pas été possible sans un travail acharné, au quotidien, et un effort de longue haleine.

Du haut de ses 1,98 mètres, le « fils de » (son père était également un basketteur professionnel pendant 8 ans en NBA) qui se croyait être la « honte de sa famille », comme il l’avait déclaré à un certain moment, passait plusieurs heures après la fin des entraînements officiels de son équipe pour effectuer des shoots sans compter.

Le résultat ne s’est pas fait attendre et les sacrifices consentis par « Kobe » ont eu comme aboutissement inéluctable une carrière époustouflante qui s’est étalée sur deux décennies et l’effort inlassable fourni a payé, ce qui représente une leçon d’humilité. Une leçon de vie !

Source Anadolu Agence AA

 

Commentaires Facebook
Publicités